La complainte du broussard

par Julio Von Gepetto

Sur l'air du galérien

La complainte du broussard

Julio Von Gepetto

Je m'souviens, ma mèr' m'aimait
Et j' suis dans le désert,

 

Je m'souviens ma mèr' disait
Mais je n'ai pas cru ma mère
Ne traîn' pas dans
les champs
T'bats pas
comme un sauvage
T'amuses pas avec les éléphants

Ell' me disait d'être sage
 


J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'voulais parcourir le monde
J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'voulais qu'chaqu' jour j'vagabonde
Je m'souviens ma mèr' pleurait
Dès qu'je passais la porte
Je m'souviens comme ell'pleurait
Ell' voulait pas que je sorte

 


Toujours, toujours ell' disait
T'en vas pas dans la brousse
Fais donc pas toujours c'qui t'plait
Tu n'a donc jamais la frousse

 


 

J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'ai révé d'voir des hippos
J'ai pas tué, j'ai pas volé
J'voulais aller au Congo

 


Je m'souviens ma mèr' disait
Va pas en Equateur
Je m'souviens comme ell' disait
Tu connaitras la peur
Un jour ta longue route
T'emmen'ra en Afrique
Tu t'en iras sans doute
Et ton voyage s'ra chimérique


 

Tu auras une behème
Elle n'aura pas de chaînes
T'en auras les reins brisés
Et moi j'en mourrai de peine
Toujours, toujours tu rouleras
Quand tu s'ras dans la misére
Toujours toujours tu rouleras
Tu pens'ras p't'ètre à ta mère


J'ai pas tué, j'ai pas volé
Mais j'ai pas cru ma mère
Et je m'souviens qu'ell' m'aimait
Pendant qu'je roule sur terre.

 

 

La complainte du broussard
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :