Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Julio Von Gepetto

Elle, c’est Lucie mon amie du Royaume Mossi. Elle travaille chez un Homme blanc.

«Ecoute, Homme, me dit elle, il existe encore, mais pour guère longtemps, un territoire où les singes sont encore libres et heureux comme au premier jour de la création. Moi, j’ai perdu ma liberté mais certains de mon peuple la possède toujours.
Pour t’y rendre, tu devras voyager aux pays des hippopotames puis suivre le grand fleuve. Sur la rive gauche, il y a un territoire où tes cousins vivent encore en liberté. Voici 2 photos qui te guiderons.
La première est la montagne sacrées qui abrite ce paradis, la seconde est le fétiche qui garde l’endroit.
Ces photos m’ont été données par ma grand mère Toumaï qui les tenait du père de son père qui y habitait à l’époque où les animaux et la nature vivaient en harmonie avec les Hommes, c’était il y a bien longtemps.

 

La montagne

La montagne

Le fétiche

Le fétiche

J’aimais beaucoup Mémé Toumaï, mais malheureusement, elle avait de mauvais penchants et avait l’habitude de s’adonner à la boisson plus que de raison.
Les photos sont bien vieilles et abîmées mais quand tu trouveras la montagne, tu ne seras plus loin du but. En cherchant encore dans la brousse tu découvriras le fétiche indiquant le début du territoire.
N’aie pas peur, il n’existe plus de fauve, l’Homme les a chassé depuis longtemps. Cependant, fait attention au Maître Cobra, si tu le vois, ne le provoque pas et laisse le passer, il ne t’attaquera pas. Tu n’as rien a craindre des autres créatures, mais ne compte pas sur leur aide, elles fuiront en te voyant car tu es un Homme et quoi que tu fasses, elles te considéreront comme un prédateur.
Respecte la nature et admire la, elle te le rendra au centuple.»

Mémé Toumaï et son biberon

Mémé Toumaï et son biberon

Alors, j’ai pris ma moto, et j’ai trouvé le grand fleuve qui coule paresseusement de l’occident vers l’orient.

Le Royaume des Singes
Le Royaume des Singes
Le grand fleuve

Le grand fleuve

Puis un jour à force de repérage et d’exploration, j’ai retrouvé la montagne. Je me suis dit :
«Il y a des rochers pour se cacher et de la végétation pour se nourrir, il ne reste plus qu’à trouver de l’eau. Le Royaume des singes est là, c’est sur.»
Entre la montagne est la falaise, il y a une faille qui indiquait la présence d’eau.

La montagne des Singes

La montagne des Singes

J’ai repris ma moto, j’ai marché, je me suis perdu, j’ai même imploré la montagne pour qu’elle m’offre son aide, mais elle a refusée, méfiante.


J’ai cherché dans des cavernes, rencontré des êtres fantastiques. J’ai eu soif et faim, je suis tombé, me suis relevé, j’ai subi des tornades mais j’ai continué.

Bon, là, il faut bien l'avouer je suis un peu perdu

Bon, là, il faut bien l'avouer je suis un peu perdu

La tornade n'est pas loin, ça ne va pas être un petit crachin

La tornade n'est pas loin, ça ne va pas être un petit crachin

Le Royaume des Singes
Le Royaume des Singes
J'ai cherché dans des cavernes

J'ai cherché dans des cavernes

J'ai rencontré des êtres fantastiques, parfois impressionnants

J'ai rencontré des êtres fantastiques, parfois impressionnants

et parfois débonnaires

et parfois débonnaires

Un matin, le fétiche m’est apparu, au détour d’un chemin. Il était là, depuis des siècles tel que je l’avais imaginé.

Le fétiche tel qu'il existe encore de nos jours

Le fétiche tel qu'il existe encore de nos jours

Alors, en poursuivant mon chemin, sur un rocher en forme de dalle, j’ai vu la silhouette bondissante et gracieuse caractéristique d’un petit singe. Plus bas sur le rocher, son compagnon se demandait visiblement ce qu'était cette chose qui les regardait

Le Royaume des Singes

Il était tard ce jour-là et la perspective de rester en brousse la nuit ne m’enchantait guère car, tous les coureurs de brousse vous le diront, une fois la nuit tombée, celle-ci est le repaire des génies, sorciers et autres mânes maléfiques des ancêtres disparus qui cherchent, en vain, le repos .

Le Royaume des Singes
Le Royaume des Singes
Quelques uns des êtres maléfiques que vous rencontrerez si par mégarde vous vous égarez un jour en brousse après la tombée de la nuit.

Quelques uns des êtres maléfiques que vous rencontrerez si par mégarde vous vous égarez un jour en brousse après la tombée de la nuit.

Je rebroussais chemin alors que le soleil embrasait l’horizon.

Le Royaume des Singes

Je revenais le lendemain avec la ferme intention de photographier les primates. Pour cela, j’avançais prudemment à l’endroit où j’avais vu le singe la veille. Mais malgré toutes mes précautions, celui-ci m'aperçut. En fait, chez les singes, il y a toujours un individu qui fait le guet.

Vous remarquerez que les vêtements de travail conviennent tout à fait pour le camouflage sur un rocher.

L’ennemi du chasseur ou du photographe animalier c’est le vent. C’est lui qui amène odeur et bruit. Il faut toujours être contre le vent. Beaucoup d'animaux entendent et sentent mieux qu’ils ne voient. Quoique, pour les singes je n’en suis pas sur.
De plus, un être animé, homme ou animal sera plus facilement repéré s’il se déplace. Mais il est fort possible, qu’un animal vous ait repéré alors que vous ne l’avez pas encore vu. Et comme nous repérons plus facilement les cibles qui bougent, il y a de fortes chances pour que lorsque vous verrez l’animal celui-ci soit déjà en train de s’enfuir. La seule possibilité qu’il vous reste alors, c’est qu’il soit intrigué et qu’il essaye de vous identifier et savoir si vous êtes une menace ou non.
Ce qui fonctionne pour les petits animaux, fonctionne aussi pour les animaux potentiellement dangereux à la différence près, c’est qu’il ne va pas forcément chercher à s’enfuir mais il peut attaquer. Ce qui est extrêmement désagréable s’il s’agit d’éléphants, d’hippopotames, de cobras cracheurs ou d’une bande de babouins. Généralement, l’animal commence par une parade d’intimidation. Dans ce cas là, il vaut mieux chercher à ne pas le vexer davantage, surtout si c’est une femelle avec ses petits.

 

Cette photo est particulièrement parlante et visiblement cette femelle n'a pas l'intention de fuir

Cette photo est particulièrement parlante et visiblement cette femelle n'a pas l'intention de fuir

Je pensais que l’individu que j’avais vu s’enfuir était définitivement parti. Mais il y a une autre particularité de notre cerveau dont j’ignore si d’autres animaux en sont doués. C’est la reconnaissance des formes. Je m’explique : Si quelque chose est immobile avec un pelage d’une couleur qui se fond dans l’arrière plan mais que sa forme se détache sur un fond plus clair ou plus sombre ou que cette forme est incongrue dans l’environnement, il est encore repérable.
Il m’est plusieurs fois arrivé d’identifier un singe, un serpent, un lézard ou un oiseau sans trop le voir réellement. C’est ce qui m’est arrivé ce jour là. J’ai alors saisi mon appareil, zoom au maximum puis appuyé sur le déclencheur plusieurs fois. Et j’ai enfin eu la chance d’obtenir les clichés tant recherchés. Les animaux étant sûrement à plus de 100 mètres.

Le Royaume des Singes
Je pense que c'est celui-ci qui faisait le guet

Je pense que c'est celui-ci qui faisait le guet

Le Royaume des Singes
Le Royaume des Singes
Le Royaume des Singes
Il s'agit de singes Vervet

Il s'agit de singes Vervet

Comme disait le capitaine méhariste à un pilote de l'Aéropostale dans le film Courrier Sud : " L'important, ce n'est pas le but mais la poursuite". Cette petite histoire sans prétention n’est là que pour faire ressortir le fait que le plus intéressant dans la prise d’une photo n’est pas la photo en elle même mais sa quête.

C’est, pour moi, le différence entre le photographe et le chasseur d’images. Un photographe recherche la photo qui fera de lui le Van Gogh ou le Cézanne de la photo. Lorsque l’on va sur les sites des amateurs ou professionnels de la photo, une bonne photo est une photo qui respecte tous les aspects théoriques du sujet, la règle des tiers, les proportions, les contrastes, ....

C’est facile a respecter lorsqu’il s’agit de prendre Emmanuelle sur son fauteuil en monokini ou la lionne au Kruger Park qui pose comme une starlette de cinéma. Ca l’est beaucoup moins lorsqu’il fait 40°C, que la sueur vous dégouline dans les yeux et sur l’appareil et que le maudit singe à 100 mètres n’arrête pas de gigoter, parce que lui, la photo, c’est le dernier de ses soucis.

Pour les amoureux des belles photos sans histoires, il y a le parc animalier, qui est à l'aventure ce qu'une poupée gonflable chinoise (avec des rustines et la tête d'Alice Sapritch) est à l'amour.

Y'a pas à dire, c'est beau (Photo internet Kruger Park)

Y'a pas à dire, c'est beau (Photo internet Kruger Park)

Mais l'envers du décor c'est ça

Mais l'envers du décor c'est ça

ou ça......

ou ça......

Attention aux embouteillages

Attention aux embouteillages

Si vous n'aimez pas les transport en commun, vous pourrez toujours prendre votre voiture, mais attention :

Si vous ne sortez pas du parc à l'heure, c'est une amende, si vous allez trop vite, c'est encore une amende (il y a des contrôles radar dans le parc), si vous descendez de votre voiture, re-amende.....ect, ect.....

Y'a pas à dire, ça tue le mythe. On est loin de 'Born to be wild'

Sans commentaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

doume 20/08/2019 17:26

Je me dis que cette histoire du début jusqu’aux photos des singes vervet (après c'est pour les adultes) , ferait un très beau compte pour enfants, je vais la relire avec ma fille qui est en primaire.

Julio Von Gepetto 01/09/2019 15:06

C'est vrai, je ne pense pas assez aux enfants. J'ai d'ailleurs enlevé la photo de poupée gonflable sur le conseil de ma fille (Qui a 30 ans).
Bon, le modèle de poupée n'est pas bien méchant car c'est un modèle avec un maillot de bain qui sert lors d'une fête d’enterrement de vie de garçon ;-) .