Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Julio Von Gepetto

Vers de mirliton qui m'ont été inspirés par quelques heures de zapping sur ma télévision un jour de désoeuvrement.

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. Bon, maintenant, s'il y en a qui se reconnaissent là dedans, ce n'est pas mon problème.

 

CHEZ CES GLANDS-LA

D'abord, d'abord, y a la p’tite
Avec sa tête de fouine
Et ses yeux en trou de pine
Qu’à une tête de vicieuse
Et qui joue les précieuses
Et puis y’a celle qu’aime pas les hommes
Qu’à une tête comme une pomme
Qui déteste les mâles
Comme si on l’aimait mal
Et pis y’a la grande sèche
Gaulée comme une canne à pêche
Qui n’a pas plus de sein
Qu’une baguette de pain
Peignée comme un d’sous bras
Elle est méchante comme un rat
Elles me mettent les glandes
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n’informe pas, Monsieur
On n’informe pas, on propagande
Et puis, y'a Tête d’ampoule
La tête comme une boule
Avec ses lunettes d’intello
Qu’aurait oublié d’boire de l’eau
Qui se dit chroniqueur
Mais qui n’est qu’un niqueur
Il se dit expert
Et se prend pour l’Saint Père
Mais ne dit que des bêtises
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n'informe pas, Monsieur
On n'informe pas, on terrorise
Et puis y’a la grande coincée
Qu’a les sphincters grippés
Avec son sourire bloqué
Elle est raide comme un piqué
Et puis y’a la vieille morue
Qu’on voit jamais dans la rue.
Qu’est bourrée de médicament
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n'informe pas, Monsieur
On n'informe pas, on ment
Et puis y’a la camera
Qui filme tout ça
Et ça fait des grands Bzzzzz
Et ça fait des grands Bzzzzz
Et puis y'a Miss Piggy
Qu’est belle comme un ouistiti
Même qu'on avoue qu’on s’aime
Si y’a pas de boulot au bois
Y'en aura chez Baihéfaime
Qu’elle me dit, ma biche
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n'informe pas, Monsieur
On n'informe pas, on triche
Et puis, et puis
Et puis il y a le bouton d’arrêt
Celui qu’est sur la télé
Et qu’une fois appuyé
Toute cette merde disparaît.

 

Miss Peggy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article